Luminothérapie
 
  Découvrez la luminothérapieL'origine de la luminothérapieLes bienfaits de la luminothérapieLes principes de la luminothérapieLes lampes de luminothérapiePrécautions d'usage et contre-indications  

Dès l'Antiquité, les Arabes, les Égyptiens, les Grecs et d'autrest civilisations ont reconnu les bienfaits lumineux du soleil. Ils l'ont adoré et vénéré au point de lui trouver des dénominations divines.

"Rê/Ra", dieu du soleil pour les Égyptiens ; "Apollon", dieu de la beauté et de la lumière pour les Grecs ; "Hélios",  personnification du soleil lui-même ; "Inti", dieu du soleil pour les Incas, etc.

Au fil du temps, plusieurs médecins ont constaté que les logements mal aérés, surpeuplés, et surtout peu éclairés, étaient source d'une grande variété de maladies infectieuses comme par exemple la tuberculose. Ils ont compris que le soleil était indispensable à la survie de l'homme par la force vitale de ses rayons. Or le traitement recommandé a rapidement basculé dans une exposition abondante et directe au soleil et à sa lumière ultraviolette. Dès lors, on a réalisé l'efficacité de la lumière naturelle pour activer le système immunitaire des patients.

Bien avant la découverte de la pénicilline, le Docteur danois, Niels Finsen, reçu le prix Nobel de médecine en 1903, pour ses importantes découvertes sur l'usage thérapeutique de la lumière naturelle et ses recherches exceptionnelles pour traitement par les rayons ultraviolets. Il a confirmé que : "la lumière est meilleure pour la santé lorsqu'il y a des traces balancées d'ultraviolet, dans la même proportion que nous voulons les notes à l'école : plus de A, quelques B et pas de C. Voilà ce que le soleil émet, plus d'UVA que d'UVB".

Au début des années 1980,  partant du principe que l'absence de lumière entraîne la dépression chez les gens, le Dr Norman E. Rosenthal et ses collègues/chercheurs du National Institute of Mental Health aux États-Unis, décident tout simplement de fournir de la lumière aux sujets qui dépriment. Ils recouvrent d'un écran de plastique un boîtier en métal, lequel renferme des ampoules fluorescentes, et créent ainsi le premier appareil de luminothérapie.

"Au fil du temps, plusieurs médecins ont constaté que les logements mal aérés, surpeuplés, et surtout peu éclairés, étaient source d'une grande variété de maladies (...) "

Encore aujourd’hui, cet appareil reste la  référence incontournable dans le domaine. Au moment de tenter l’expérience, ils suggèrent alors à un déprimé/saisonnier de tenter l'expérience, lequel accepte. Après trois jours de traitement, le sujet expérimental éprouve un bien-être profond et devient le premier patient à se voir soulagé de ses symptômes de dépression saisonnière par la luminothérapie.

"En fait, la découverte de ce type de dépression est indissociable de l'invention de la luminothérapie elle-même", voilà pourquoi les chercheurs poursuivent leurs essais cliniques, permettant de mieux saisir cette nouvelle thérapie, au niveau de l'expérience et de la théorie. Jusqu'ici, on oriente la recherche en lumière vers la dépression saisonnière précisément. Toutefois,d'autres chercheurs, comme le docteur Daniel Kripke qui applique son traitement de la lumière dans les cas de dépressions non saisonnières, repoussent les limites thérapeutiques du phénomène de la lumière. Quoique leur expérience se révèle fort efficace, l’absence de support financier pour soutenir leurs démarches, entraîne le ralentissement de la découverte des vertus de la luminothérapie. Les spécialistes de la santé la méconnaissent toujours et, conséquemment, ne peuvent la référer.


Un autre expert, le docteur Lam, auteur de l'étude canadienne sur le sujet, déclare : "C'est une honte qu'un si grand nombre de personnes ne puissent avoir accès à la luminothérapie, cela, uniquement parce que les médecins ne connaissent pas ce traitement". Ce n'est qu'en 2005, après 20 ans de recherches réalisées dans l'ombre et l’indifférence du monde scientifique, que les associations américaines psychiatriques reconnaissent enfin officiellement la luminothérapie face aux preuves d’efficacité qu’on leur présente. 

De là, s'ouvre une nouvelle ère de propagande pour vanter le potentiel de la luminothérapie. On entend alors parler des centres de sommeil de la France, qui déjà recourent à la luminothérapie, et du docteur David Servan-Schreiber, neuropsychiatre, qui publie son livre "Guérir", traduit en plusieurs langues.


 
 
   
 
   

Qu'est-ce que la luminothérapie | L'histoire de la luminothérapie | Les bienfaits de la luminothérapie
Les principes de la luminothérapie | L'utilisation de lampes | Précautions d'usage et contre-indications


Prenez le temps de visiter nos partenaires: Surpoids, Douloureux, Albinisme
Copyright Info luminotherapie © Toute reproduction partielle ou totale est strictement interdite.